Conseil Municipal du 18 décembre 2015: Délit d'enfumage et brosses à reluire...

Publié le 7 Janvier 2016

Ne vous laissez plus endormir par des berceuses hypnotiques...

Ne vous laissez plus endormir par des berceuses hypnotiques...

Monsieur le Maire de Leucate qualifie le travail de l'opposition de non-constructif et lui reproche son comportement polémique...ceci s'explique, bien entendu, par notre seul refus d'approuver chacune de ses folies mégalomanes et d'accepter ce qui ressemble à de graves erreurs de gestion ou de directions municipales!

Pouvons-nous réagir autrement face aux décisions totalitaires et clientélistes de la majorité?

Devons-nous accepter cet ostracisme perdurant et grandissant que nous impose continuellement le premier magistrat de notre commune quant à la réalisation de projets que les leucatois repoussent majoritairement?

Est-ce une erreur de lui rappeler que Leucate ne lui appartient pas, que l'argent qu'il dépense sans modération est celui des seuls contribuables et qu'il devrait descendre de sa tour d'ivoire dans laquelle il marine depuis 20 ans afin de s'apercevoir que les temps ont changé, sont durs et qu'il n'a plus le droit de dépenser 2 fois ce que la commune perçoit? Il est avant tout le mandataire financier de leucate, pas le propriétaire. Il a donc un devoir de gestion irréprochable, un devoir de rendre des comptes précis à ses mandants...qu'il représente, non qu'il asservit!

Quels meilleures illustrations que ces divers conseils municipaux auxquels nous siégeons pour vous l'expliquer...

Ainsi, lors du dernier conseil, en date du 18/12/2015, outre toutes les délibérations pour lesquelles nous votons POUR (car nous sommes objectifs, tout n'est pas mauvais!):

- La mise en place du réseau de lecture publique du Grand Narbonne par le système informatique et par site internet au sein de la médiathèque;

- L'approbation de l'avis défavorable de la Commission de Délégation de Service Publique concernant les deux offres présentées suite à la procédure de mise en concurrence pour la création d'une SEMOP dans le projet d'extension et de gestion du port. Étant contre cette extension de port de 22 millions d'euro (pour le moment), de surcroît inutile au vu de la conjoncture actuelle, du nombre de places vacantes qui en découle et de la nécessité de réfection des pontons existants et contre cette SEMOP trop trouble sur le papier, nous ne pouvions qu'approuver. De plus, Laure-Emmanuelle PHILIPPE étant membre de cette Commission de Délégation de Service Publique avait depuis le début de cette mise en concurrence, émit un avis négatif systématique lors de ces commissions successives. Sans polémique, mais avec discernement: L'un des candidats risquait de s'avérer gourmand, l'autre apportait trop peu de garanties financières. Il aura pourtant fallu 3 réunions au sein de cette commission pour que l'ensemble de ses membres aboutissent à la même conclusion!

- La prise en compte des services mutualisés (répartition de la charge des services mutualisés entre la Régie du Port et les services de la commune) puisqu'il convient de retracer dans le budget de la Régie du Port la part lui revenant au titre de cette mutualisation;

- La mise en dépôt/vente des livres "En mer rouge" d'Henry de Monfreid auprès des commerçants qui en feront la demande. Nous demanderons au maire la garantie d'un rapport financier ponctuel sur ces ventes et en profiterons pour lui rappeler qu'il devait en être de même pour les ventes de ce livre, l'année dernière à l'Office du Tourisme. Or, aujourd'hui, rien. Aucun compte rendu quant aux recettes des ventes ou à la répartition de celles-ci. Rien de concret, non plus, sur les budgets. <<Ne vous inquiétez pas, tout va très bien, Madame la Marquise. Tout va très bien!>>...s'il n'a osé le dire, nous pouvions lire dans ses pensées!

- la modification du tableau des effectifs et adaptation du régime indemnitaire pour le personnel communal;

- Le choix de la mutuelle santé obligatoire pour le personnel contractuel du Port;

- L'approbation de l'agenda d'accessibilité programmée concernant la mise en conformité, pour les personnes handicapées, des établissements recevant du public (ERP) ainsi que des installations ouvertes au public (IOP). Depuis que nous dénonçons bon nombre de carence concernant l'accessibilité des personnes à mobilité réduite, nous ne pouvions que nous en féliciter. Avec un regret cependant pour l'accès aux plages et sur les trottoirs mal entretenus...Si ce n'est pas une obligation législative, cela eut été une option de bon sens!

- L'autorisation d'adhésion de la commune au Programme de Recherche et de Développements Partagés concernant la mise en œuvre d'un Observatoire de la Côte Sableuse Catalane (OBSCAT) et la signature de l'avenant n°1 à la convention OBSCAT. OUI ET RE-OUI, bien sûr !!!

Il y a aussi les questions sur lesquels nous nous abstiendrons:

- La désignation des membres du nouveau Conseil d'exploitation du camping et des aires de camping-car, où, bien évidemment, aucun élu de l'opposition n'a été sollicité.

- L'approbation des budgets primitifs 2016, Annexe commercialisation et subventions d'équilibre "Office Municipal du Tourisme" où frais divers, charges exceptionnelles, voyages & déplacements, réceptions et autres frais se font un peu trop concurrence à notre goût...voilà donc une prévision budgétaire bien trop subjective!

- L'approbation des dispositions relatives aux frais des élus passés et futurs, et des frais de représentation du Maire pour un montant de 20 000€ forfaitaire pour l'année 2016.

Délibération concernant les mandats spéciaux des élus et les indemnités de représentation.
Délibération concernant les mandats spéciaux des élus et les indemnités de représentation.
Délibération concernant les mandats spéciaux des élus et les indemnités de représentation.

Délibération concernant les mandats spéciaux des élus et les indemnités de représentation.

Nous voulions voter "contre" dans la mesure où les remboursements annoncés pour 2015 ne sont ni détaillés, ni quantifiés...ni sur factures. Dans la mesure également où rien, dans la délibération, ne prévoyait: un traçage ou une cohérence des frais engagés; des débats et des informations sur les projets de missions; une enveloppe prévisionnelle afin d'éviter les abus ostentatoires et coûteux; une mention concernant le non remboursement des frais de bouche non prévus dans la législation du CGCT.

Ayant fait part à Monsieur le Maire de notre souhait de transparence par la présence des points sus-cités, ce dernier nous reprochera notre quête de formalisme mais <<s'y pliera, s'il le faut>>, ce à quoi nous lui répondrons qu'il n'est pas question de formalisme mais bien de transparence dont il doit être le garant, les leucatois sont en droit de l'espérer. Devant cet engagement du maire et dans l'attente du respect de celui-ci, nous ne voterons pas contre mais l'abstention, trouvant que ces frais, s'ils sont parfois inévitables, sont aussi souvent une source d'abus. Espérons que ce droit de regard sur les dépenses futures les limite dans la justesse! À suivre...

- L'adaptation du régime indemnitaire. En effet, peu de points ont changé concernant ce régime des primes versées au personnel communal...sauf un, et pas des moindres! Celui concernant la modulation par la minoration ou la majoration de ces primes par le maire et séides en fonction de critères, à nos yeux ARBITRAIRES, définis par le seul bon vouloir d'une poignée de personnes dont on connaît les capacités et les facilités à juger subjectivement ou à agir avec sectarisme. De notre point de vue, cela s'appelle gérer et diriger à la tête du client mais aussi, excusez-nous de l'expression, du délit de "sale gueule". Si nous sommes pour ces primes, nous sommes CONTRE une gestion du personnel faite "à la carotte ou au bâton". Le favoritisme et la tyrannie n'ont jamais fait la qualité de ceux qui en pâtissent (ou en bénéficient)!

Délibération concernant l'adaptation du régime indemnitaire du personnel communal.

Délibération concernant l'adaptation du régime indemnitaire du personnel communal.

Il y a surtout les points pour lesquels nous serons CONTRE:

- CONTRE L'achat du fonds de commerce du restaurant "Le Grand Cap".

Saviez-vous seulement que le restaurant de la falaise "Le Klimenko" avait été rebaptisé "Le Grand Cap"? Rassurez-vous, nous non plus. Probablement une manœuvre de la majorité afin de tenter de minimiser l'ÉNORMITÉ qu'il allait tenter de faire passer pour une banalité. Ainsi, le maire a décidé de racheter le fonds de commerce de ce restaurant en liquidation pour 115 000€ à la Chambre du Commerce. Soit. Le souci est que ce même restaurant est redevable de 100 000€, impayés dûs à la commune et inclus dans cette liquidation. Aujourd'hui, la municipalité n'a aucune raison d'effacer une telle dette, même si ses contrats de locations, alors quelques peu démesurés, ont eu une part de responsabilité dans cette situation (qui aura, de plus, coûté le travail et la santé à Monsieur Klimenko). En bref, la commune pouvait éventuellement proposer 115 000€, n'en payer que 15000€ et ainsi récupérer la différence sur la liquidation. Premier point de discorde: nous n'avons visiblement pas la même logique. C'est l'argent des autres, chacun sa conscience!

Autre doute, autre question: pourquoi tant vouloir avoir la main mise sur ce restaurant? Le maire nous répondra que c'est parce qu'il souhaite choisir lui-même le restaurateur et garantir une "diversité [mot très à la mode] gastronomique". Comprenez: ne faire venir que de l'étoilé en cet endroit...Nous ne connaissions pas cette qualité de juge-arbitre culinaire en la personne de notre cher maire! Vous nous direz: il fréquente suffisamment ces établissements pour commencer à se faire une idée !!!!

Troisième réflexion: N'était-ce pas déjà la mairie qui était allé chercher les Klimenko? Est-ce vraiment un gage de sécurité? Ça n'a pas été une grande réussite. N'y aura-t-il pas les mêmes causes aux mêmes effets? Les restaurateurs ne sont-ils pas assez grands et plus efficaces lorsqu'ils ne sont pas redevables de clauses sélectives municipales? Pour le maire, rien à voir. Aucune responsabilité ne lui incombe...on prend les mêmes et on recommence!

Dernier point qui nous turlupinait: nous avions reçu une information provenant du propre camp de la majorité que nous souhaitions soumettre au maire pour vérification: "la commune est-elle caution du prêt souscrit par le précédent restaurateur?". Quelle question Laure-Emmanuelle PHILIPPE n'avait-elle pas posé! Un blanc, de plusieurs secondes, accompagné d'échanges de regards froids et inquiets laissait deviner une gêne certaine traduisant: "mais comment est-elle au courant?". Puis, reprenant ses esprits, Monsieur le Maire lâcha un: "euh...non". Nous ne savons pas pourquoi (en fait, si) mais nous fûmes malheureusement confortés dans nos craintes. Est-ce pour cela que le maire souhaite acheter ce fonds de commerce si précipitamment? Nous pousserons donc nos investigations.

- CONTRE Le nouvel acte de vente pour la Place des Arènes à Port-Leucate.

Monsieur le Maire se targue de la victoire de la municipalité à la Cours administrative d'Appel quant au projet de construction d'immeubles sur la Place des Arènes. Sans perdre de temps et dans le flou le plus total, il a décidé, lors de ce conseil, de mettre à l'ordre du jour, le vote concernant les démarches de signature de promesses de vente des parcelles concernées. Voilà ce qui s'appelle mettre la charrue devant les bœufs.

Fier comme un coq, il rappellera que ces promesses de vente sont soumises à des conditions suspensives tel que l'obtention de permis de construire purgés de tout recours. Contrairement à ce qu'il veut bien faire croire, ou croire tout court, ils sont loin de l'être puisque deux recours ont été déposés en Cours d'Appel sur la 5ème et 6ème modification du PLU. C'est sans compter sur le recours de l'Association des Commerçants unie à celle du GIP de Port-Leucate...bref, les tuyaux des recours sont loin d'être purgés !

Conseil Municipal du 18 décembre 2015: Délit d'enfumage et brosses à reluire...
Délibération concernant la Place des Arènes à Port-Leucate.
Délibération concernant la Place des Arènes à Port-Leucate.

Délibération concernant la Place des Arènes à Port-Leucate.

Nous rappellerons également à Monsieur PY qu'un autre détail semble lui avoir échappé: l'une des parcelles que la mairie s'est appropriée pour ce projet "bétonnage" ne lui appartient pas mais reste la propriété de la Résidence des Arènes. Comment allait-il faire? Il nous répondra qu'il finirait par l'avoir d'une façon ou une autre."À l'usure, à la carotte ou au bâton?" lui jètera Laure-Emmanuelle PHILIPPE. "Par exemple", lui répondra-t-il. Voilà des paroles vagues et des actes fort peu républicains!

Non, Môssieur le Maire, ce ne sont pas des procédures abusives comme vous vous permettez de le dire ou de l'écrire. C'est le simple résultat d'un projet qui n'a jamais fait l'unanimité auprès de vos administrés qui n'ont eux aucune envie de voir ce bétonnage outrancier (auquel vous vous atteler pour des raisons mégalomanes et purement financières) prendre la place de cet endroit qui se devait être, à l'origine, un espace de vie, d'animations et de convivialité.

Vous pouvez toujours vous justifier de l'insalubrité de ce lieu pour pousser ce projet qui étouffera un peu plus les riverains, qui supprimera des places de stationnements, qui déshumanisera encore et encore Port-Leucate...mais voilà 20 ans que vous aviez la liberté et même le devoir de l'entretenir afin de satisfaire aux souhaits premiers des leucatois, pas seulement aux vôtres!

Quant à nous, l'opposition, nous vous informons que, en tant que résidents, usagers ET contribuables, nous continuerons, que cela vous plaise ou non, à soutenir la ténacité à nos yeux justifiée de ceux que vous cataloguez d'empêcheurs de tourner en rond. Nous l'avons toujours fait et refusons de balayer d'un simple revers de la mains les attentes réelles de nos concitoyens au profits d'investisseurs plus avides que concernés.

Il y aura enfin ce chapitre, non sans importance, mais sans délibération : Le Débat d'Orientation Budgétaire ! Débat? Certainement pas, puisque aucun membre de l'opposition n'aura été convié à soumettre un quelconque avis lors de son écriture.

Nous n'aurons pu qu'émettre des réflexions contradictoires à ce monologue erroné, trop peu réaliste, superficiel et parfois même contradictoire, c'était selon le sujet abordé.

Ainsi, le maire rappellera la conjoncture économique et la baisse des dotations d'Etat pour justifier le ralentissement des dépenses et la grande difficulté de la commune à répondre aux besoins des Leucatois. Avec presque trop d'orgueil, il soutiendra que sa gestion est parvenue malgré tout à maintenir services et gestion municipale!

De notre côté, nous rappellerons que si ces diminutions de subventions sont injustes, nous déplorons toujours autant bon nombre de dépenses superflues: frais de communication, de télécommunications, de déplacements, de restauration, frais divers évasifs, frais qui ne correspondent qu'au train de vie de certains acteurs municipaux, etc...nous lui rappellerons également que les préoccupations de la majorité municipale et les dépenses qui en incombent sont régulièrement aux antipodes de celles des leucatois, que ses projets sont unanimement et de plus en plus fréquemment rejetés par une majorité de contribuables parce que ne correspondant plus à leurs attentes. Ces restrictions de l'Etat aux collectivités locales ne peuvent pas tout justifier, elles ne datent que de 2015. Pas le mécontentement des leucatois: Baisse de dotation ou pas, il y a belle lurette que les contribuables se sentent délaissés et voient leur cadre de vie et les services amenuisés.

Au chapitre suivant viendra le sujet sensible de la révision du PPRL (Plan de Prévention des Risques Littoraux). Révision qui n'en est d'ailleurs pas une. Il s'agit, en fait, d'adopter enfin ce qui lui avait été notifié ("porté à connaissance") par des agents de la préfecture en novembre 2012 et qu'il refusait de faire valider en conseil municipal depuis afin d'assouvir sa soif de construction et de bétonnage sur les rares zones encore disponibles mais en situations géographiques propices aux risques de submersion marine et d'aléas climatiques. Nous précisons que si révision il y a encore, ce ne sera que dans un sens de durcissement. Les dernières intempéries dans le Var et son bétonnage excessif (vers lequel Leucate se dirige aussi) se doivent non seulement de faire jurisprudence mais également de nous imposer sens des responsabilités accru envers la sécurité de nos administrés et humilité envers notre environnement. Nous ne pouvons donc que nous féliciter d'avoir systématiquement rappeler, depuis bientôt 2 ans, la nécessité de prendre en compte ce PPRL, qui, à terme et comme l'a admis Monsieur le Maire, remettra en question plusieurs projets d'urbanisme (sans dire lesquels). Souhaitons qu'il fasse obstacle aux divers projets tels que ceux du Géant Casino, de la place des Arènes et des village naturistes et auxquels une majorité des leucatois s'opposent. Nous ne doutons cependant pas que, en temps voulu et si tel était le cas, monsieur le maire se retranchera derrière ces nouvelles cartographies (qu'il a volontairement négligées jusqu'ici) pour justifier leurs annulations sans perdre la face! C'est d'ailleurs un peu ainsi qu'il tournera les choses dans son Débat d'Orientation Budgetaire. À garder en mémoire...

Conseil Municipal du 18 décembre 2015: Délit d'enfumage et brosses à reluire...

Monsieur le maire finira ce pseudo débat par le point qui devait lui servir de brosse à reluire...la situation de l'endettement. Comme tous les ans, monsieur le maire énoncera le même chiffre que les années précédentes. Il paraît que la mémoire de l'être humain est courte, mais quand même! De la même façon, notre maire persiste à prendre nos vessies pour des lanternes et s'entête à croire que les leucatois sont des personnages rustres, incultes, ineptes et dénués de bon sens. Il oublie cependant que l'outil a aussi évolué chez les hommes de cro-magnon que nous sommes: si,si, nous aussi, nous avons et savons user d'Internet! Nous aussi, nous savons nous rendre sur les sites gouvernementaux concernant les finances locales!

Dernière analyse des équilibres financiers fondamentaux de Leucate (2014). Source: Alize2.finances.gouv.fr

Dernière analyse des équilibres financiers fondamentaux de Leucate (2014). Source: Alize2.finances.gouv.fr

Et quoi de plus édifiant que de s'apercevoir que les 1000€ d'endettement qu'il avance sont en fait 4,9 fois plus élevés, soit 4981€ par habitant. Que s'il a effectivement baissé, ce n'est que d'une centaine d'euros, alors que la population, elle, a augmenté.

Bref, nous lui ferons remarquer à nouveau que, comme d'habitude, ses méthodes de calcul sont fantaisistes et n'engagent que lui. Il nous avait pourtant affirmé que les hautes sphères de la finances telle que la Cours des Comptes se plieraient à adopter ce système bien plus pertinent...il n'en est toujours rien. Et toujours est-il que si les méthodes changeaient pour Leucate, elles devraient également changer pour toutes les communes similaires. Ce qui ne changerait pas, c'est que Leucate serait proportionnellement et en moyenne 5 fois plus endettée que des communes strictement comparables, comme Gruissan, entre autres...

En revanche, M. PY ne parlera pas une seule fois de la capacité d'autofinancement de 1731000€ de la commune! Vous nous direz: bizarre. NON, car cette capacité d'autofinancement nette du remboursement en capital d'emprunt tombe à 8000€ !!!!! Et pour cause, monsieur le maire souscrit chaque année un prêt de 1 MILLION D'EUROS À TAUX VARIABLE NON CAPE pour faciliter la trésorerie de la municipalité. Un prêt toxique pour une gestion empoisonnée... BRAVO! Une station balnéaire ainsi sans capacité d'autofinancement : DU JAMAIS VU!

Nous insisterons donc sur le fait que les chiffres du D.O.B. sont officieux et discutables pour ne pas dire fallacieux. Et à force de cacher la poussière sous le tapis, tous les leucatois finiront par trébucher et par découvrir la taille du pot-aux-roses. La chute risque d'être sévère...A moins qu'ils ne soient déjà récemment tombés et que cela se soit appeler un vote-sanction!

Rédigé par Laure-Emmanuelle PHILIPPE & Patrick MAZENS

Repost 0
Commenter cet article