Bulletin mensuel "Cap Leucate", mars 2016: La tribune de vos élus Front National.

Publié le 7 Mars 2016

Bulletin mensuel "Cap Leucate", mars 2016: La tribune de vos élus Front National.

Ne sachant plus comment mettre des bâtons dans les roues de l'opposition, Môssieur le maire n'a pas trouvé mieux que de restreindre un peu plus la taille de nos tribunes dans le Cap Leucate. Subtilement, bien sûr, puisque titres et signatures seront dorénavant inclus au faible nombre de caractères auxquels nous avions déjà "droit" (1125 caractères, espaces inclus)

C'est ce qui se passe lorsqu'on est riche de "grandes valeurs républicaines", qu'on est incapable de communiquer avec ses administrés autrement que par le biais des médias et que, donc, 14 pages entières à son effigie dans un magazine tel que notre bulletin municipal suffisent à peine pour créer une illusion de présence sur le terrain: on a du mal à laisser un peu de place aux autres...n'est-ce pas, Monsieur PY?

La vanité et la colère sont de vilains défauts. Lenarcissisme et l'égocentrisme aussi, monsieur le maire...

Rédigé par Laure-Emmanuelle PHILIPPE & Patrick MAZENS

Repost 0
Commenter cet article

Jean-Jacques NICOLLE 08/03/2016 21:37

Bonsoir Laure Emmanuelle,
Excellente réponse au petit roitelet de la principauté de Leucate!
Je m'attendais à votre réaction après l'incroyable agressivité de la tribune des élus de la majorité municipale dans le dernier numéro de Cap Leucate et l'obstination insensée du petit despote à imposer à tout prix ses projets immobiliers dont la majorité des leucatois ne veulent pas.
Courage! On compte sur vous pour nous débarrasser de ce triste individu!
Jean-Jacques

Laure-Emmanuelle PHILIPPE & Patrick MAZENS 09/03/2016 00:34

Bonsoir Jean-Jacques,
Bien sûr que nous continuons! Et nous savons que nous pouvons compter sur tous les leucatois qui ne souhaitent qu'être respectés. Ça ne se fait et ne se fera pas sans eux.
Il est urgent et nécessaire que leur voix, leurs voeux soient clairement entendus. Nous sommes aujourd'hui leurs seuls porte-paroles, il est donc hors de question de nous museler!
Toute l'équation est là : nous ne pourrons écarter "le problème" si nous ne soulevons pas tous les problèmes...
Amicalement vôtre,
Laure-Emmanuelle